Ensemble Montréal dévoile ses attentes en vue du budget 2019 de l’administration Plante-Dorais

Montréal, le 7 novembre 2018 – À la veille de la présentation du budget 2019 de la Ville de Montréal par l’administration Plante-Dorais, le chef d’Ensemble Montréal, M. Lionel Perez, ainsi que le porte-parole de l’Opposition officielle en matière de finances, M. Alan DeSousa, ont fait connaître leurs attentes par rapport aux mesures fiscales que devrait renfermer ce budget.

«Les Montréalais ne veulent surtout pas une répétition du fiasco de l’an dernier, quand l’administration a haussé les taxes de 3,3%, brisant sa promesse de ne pas les augmenter au-delà du niveau de l’inflation. Nos attentes sont réalistes et reflètent celles des citoyens et des commerçants, pour qui l’augmentation démesurée des taxes ne doit pas être une solution facile à l’incapacité de cette administration de limiter ses dépenses», a affirmé M. Perez.

Ainsi, l’Opposition officielle s’attend à ce que le budget 2019 présente une hausse de taxes limitée à 1%, autant pour les immeubles résidentiels que non résidentiels, ainsi qu’une formule d’étalement des paiements du compte de taxes, pour venir en aide aux contribuables qui ont de la difficulté à débourser de larges sommes.

«En additionnant cette hausse de 1 % à celle de 3,3 % imposée dans le budget 2018, on obtiendrait alors une hausse moyenne annuelle de 2,15% sur deux ans, ce qui serait un peu plus acceptable pour les contribuables. Mais cette augmentation doit absolument être accompagnée par un effort de limiter à 2% la croissance des dépenses municipales», a poursuivi M. DeSousa.

L’Opposition officielle s’attend également à ce que l’administration Plante-Dorais adopte dans son budget 2019 une mesure permettant d’appliquer aux immeubles non résidentiels un taux de taxation moindre pour la première tranche de valeur foncière de 500 000 $. Cette mesure bénéficierait notamment aux petits commerçants qui ont vu la valeur de leur propriété (et donc de leur compte de taxes) augmenter rapidement au cours des dernières années.

«Une telle mesure est dorénavant possible depuis l’adoption de la Loi sur la métropole, en septembre 2017. Nous serions extrêmement déçus si l’administration décidait de ne pas le faire, elle qui parle constamment du besoin de venir en aide aux commerces de proximité. C’est d’ailleurs le propre comité de la mairesse, présidé par M. Guy Cormier, président et chef de la direction du Mouvement Desjardins, qui en a fait une de ses principales recommandations», a ajouté M. Perez.

Enfin, Ensemble Montréal voudrait voir dans le budget 2019 la mise en place d’un nouveau plan de contrôle des effectifs de la Ville (nombre d’employés et masse salariale).

«Sans un tel plan, les effectifs de la Ville risquent d’exploser à nouveau. Déjà, les échos que nous recevons de la ville centre et des arrondissements indiquent une reprise du rythme accéléré des embauches. On ne peut pas se permettre de retourner cinq ans en arrière, quand la rémunération globale représentait près de 52% du budget municipal et que l’administration ne disposait de pratiquement aucune marge de manœuvre», a expliqué M. DeSousa.

Restons en contact


1100, Boul. Crémazie Est
Suite 207
Montréal, QC H2P 2X2
514-903-1207
Cette adresse courriel est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Autorisé par Robert Richard, agent officiel.