Une motion d'Ensemble Montréal pour un meilleur enseignement des génocides au Québec

Montréal, le 12 novembre 20018 - Ensemble Montréal déposera lors du prochain conseil municipal une motion demandant au gouvernement du Québec d'étudier la pertinence d'inclure dans le régime pédagogique québécois un cours sur l'histoire des génocides. Le chef d'Ensemble Montréal, M. Lionel Perez, en a fait l'annonce ce matin, accompagné par Mme Heidi Berger, fondatrice et présidente de la Fondation pour l'étude des génocides, ainsi que de représentants des communautés rwandaise et arménienne.

«Présentement, il n'y a pas de cours portant sur les génocides du XXe siècle au Québec ni ailleurs au Canada. Pourtant, l'UNESCO encourage l'étude des génocides car elle permet aux jeunes de développer un esprit critique par rapport aux causes extrémistes et ainsi prévenir le racisme et la radicalisation. C'est grâce à l'éducation que les élèves pourront assurer la promotion du respect de la diversité. Devant la hausse des crimes et incidents haineux au pays, nous croyons que Montréal et le Québec se doivent d'être des précurseurs en la matière», a déclaré M. Perez.

La motion se base sur l'énorme travail accompli par la Fondation pour l'étude des génocides, qui collabore actuellement avec le ministère de l'Éducation du Québec afin de créer un guide d'enseignement sur le sujet, qui sera disponible pour les enseignants dès l'année scolaire 2019-2020. La motion invite d'ailleurs les commissions scolaires montréalaises à faire la promotion du Guide d'enseignement de l'histoire des génocides auprès des professeurs des écoles secondaires de Montréal.

«Lors de mes tournées dans les écoles secondaires du Québec, j'ai observé un fait troublant : les élèves ne connaissent pas la signification du mot ʺgénocideʺ. Et les professeurs n'ont ni le temps ni la formation adéquate pour leur enseigner. J'ai donc créé la Fondation pour l'étude des génocides afin de fournir aux enseignants tous les outils nécessaires à l'intégration du thème des génocides dans leurs cours. En étant mieux renseignés, les élèves pourront reconnaître les signes avant-coureurs de la radicalisation et empêcher que la haine et l'intolérance ne se transforment en violence. Nous voulons en faire des citoyens responsables et des futurs leaders civiques», a soutenu Mme Berger.

La motion sera débattue lors du conseil municipale du 19 novembre prochain.

Motion de l'Opposition officielle
Séance du conseil municipal du 19 novembre 2018 

Motion pour un meilleur enseignement de l'histoire des génocides dans les écoles secondaires du Québec

Attendu que le nombre d'incidents haineux et de cas d'antisémitisme est en recrudescence à travers le monde, incluant à Montréal, comme l'illustre les plus récents recensements du Module incidents et crimes haineux du Service de police de Montréal et du Centre de prévention de la radicalisation menant à la violence;

Attendu que le nombre de crimes haineux est également en hausse au Canada, Statistique Canada ayant recensé entre 2013 et 2016

- une augmentation de 23% du nombre d'affaires criminelles motivées par la haine;

- une hausse de 41% des crimes motivés par la haine d'une religion ou d'un groupe religieux, ceux-ci atteignant 48% des crimes haineux déclarés par la police;

que le judaïsme a été la religion la plus visée par ces crimes, en hausse de 22%;

- et que les crimes ciblant les musulmans ont également connu une augmentation de 114%.

Attendu que le 27 octobre 2018, dans la congrégation Tree of Life de Pittsburgh, 11 individus ont été tués et 6 autres blessés dans la pire attaque antisémite de l'histoire des États-Unis ;

Attendu que l'intolérance, la discrimination, le racisme et la haine sont susceptibles de conduire à la violence et au génocide, lequel est défini comme un crime contre l'humanité tendant à la destruction totale ou partielle d'un groupe national, ethnique, racial ou religieux;

Attendu que l'éducation et l'enseignement de l'histoire des génocides peuvent jouer un rôle essentiel dans la lutte contre les formes de préjugés susceptibles de conduire au génocide tel que l'ont reconnu de nombreuses résolutions internationales:

- la résolution 60/7 (2005) de l'Assemblée générale des Nations Unies et la Résolution 34C/61 (2007) de la Conférence générale sur la Mémoire de l'Holocauste;

- la résolution 2150 (2015) du Conseil de Sécurité des Nations Unies sur le «réengagement à prévenir et combattre le génocide»;

- la résolution A/HRC/28/L.25 (2015) du Conseil des Droits de l'homme sur la prévention du génocide ;

Attendu que l'enseignement et la prévention des génocides font également partie des efforts entrepris par l'UNESCO pour promouvoir l'Éducation à la citoyenneté mondiale (ECM), une des priorités de l'Agenda Éducation 2030;

Attendu qu'un grand nombre de jeunes étudiants québécois ne connaissent pas suffisamment l'histoire des génocides puisqu'elle n'est pas systématiquement enseignée dans les écoles secondaires au Québec;

Attendu que la Fondation pour l'étude des génocides collabore actuellement avec le ministère de l'Éducation du Québec afin de créer un guide d'enseignement sur le sujet qui sera utilisé par les enseignants dès l'année scolaire 2019-2020;  

Il est proposé par Lionel Perez, chef de l'Opposition officielle et conseiller de la Ville du district de Darlington;

et appuyé par Mary Deros, conseillère de la Ville du district de Parc-Extension :

Que le conseil municipal affirme l'importance que soit enseignée dans les écoles de Montréal et du Québec l'histoire des génocides afin de lutter contre l'intolérance, le racisme et la haine;

Que le conseil municipal félicite la Fondation pour l'étude des génocides pour leur travail visant à garder vivante la mémoire des génocides et ainsi graver leurs enseignements dans l'esprit des générations futures;

Que le conseil municipal invite les commissions scolaires montréalaises à faire la promotion du Guide d'enseignement de l'histoire des génocides auprès des enseignants des écoles secondaires montréalaises, et ce, dès sa parution, afin de créer une société tolérante et pacifique;

Que le conseil municipal demande au gouvernement du Québec d'étudier la pertinence d'inclure dans le régime pédagogique du Québec un cours sur l'histoire des génocides;

Qu'une copie de la présente résolution soit transmise à l'ensemble des élus de l'Assemblée nationale du Québec.

 

Restons en contact


1100, Boul. Crémazie Est
Suite 207
Montréal, QC H2P 2X2
514-903-1207
Cette adresse courriel est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Autorisé par Robert Richard, agent officiel.