Les résidents du secteur Glenmount sont des citoyens montréalais à part entière et ont droit aux services de proximité

Montréal, le 3 décembre 2018 - À la suite de la non-reconduction de l'entente entre Ville de Mont-Royal et l'arrondissement de Côte-des-Neiges-Notre-Dame-de-Grâce dans le dossier Glenmount, le chef de l'Opposition officielle à l'hôtel de ville de Montréal et conseiller de la ville du district de Darlington, M. Lionel Perez, a voulu dénoncer l'attitude intransigeante de la mairesse de l'arrondissement, Mme Sue Montgomery, appuyée par les conseillers de Projet Montréal.

Situé dans la partie nord-est de l'arrondissement, Glenmount est enclavé par Ville de Mont-Royal au nord, à l'est et à l'ouest ainsi que par la rue Jean-Talon et la voie ferrée du CP, au sud. Grâce à une entente liant l'arrondissement et Ville de Mont-Royal, les quelque 1 800 résidents de Glenmount ont accès aux services de loisirs, de sports et bibliothèque de cette ville.

Or, l'entente actuelle viendra à échéance le 31 décembre prochain et le conseil d'arrondissement de Côte-des-Neiges-Notre-Dame-de-Grâce, où siège une majorité d'élus de Projet Montréal, a refusé de la renouveler.

«Cet arrangement en place depuis plus de 20 ans permet aux résidents du secteur Glenmount de recevoir des services de proximité que l'arrondissement peut difficilement leur offrir. En raison de sa géographie et de son enclavement, le non renouvellement de l'entente aura un impact direct sur le développement durable, le transport actif, la sécurité et la qualité de vie des résidents, familles et enfants du secteur Glenmount», a déclaré M. Perez.

Dans un message sur les médias sociaux (qu'elle a retiré depuis), la mairesse Montgomery a invoqué des contraintes financières pour expliquer sa décision, allant même jusqu'à dire que les résidents de Glenmount disposent d'un revenu médian plus élevé que ceux du quartier Côte-des-Neiges et que «cette subvention pour certains résidents les plus aisés de l'arrondissement est également difficile à justifier. (...) C'est le montant nécessaire pour indexer les subventions que nous accordons aux groupe communautaires afin de les aider entre autres à absorber l'augmentation du salaire minimum».

Un argument que M. Perez réfute entièrement: «D'abord, l'arrondissement a des surplus année après année et la mairesse elle-même a reconnu que nous avions les fonds nécessaires lors de l'assemblée du budget d'arrondissement. Ensuite, depuis quand l'offre de services municipaux est-elle liée au revenu des citoyens? Mme Montgomery joue avec le feu lorsqu'elle place les résidents et les groupes communautaires en concurrence pour obtenir des fonds publics. Je suis choqué par cette façon de faire la politique.»

Le chef de l'Opposition officielle a réitéré son appui aux résidents du secteur Glenmount. «Ce matin, dans un revirement de situation, Mme Montgomery a affirmé que les négociations avec Ville de Mont-Royal avaient repris. On dirait qu'elle commence à peine à réaliser la portée de sa décision. Il aura fallu que certains résidents de Glenmount parlent d'annexion à Ville de Mont-Royal pour qu'elle se décide à renégocier. Peut-on régler cette affaire au plus vite et passer à autre chose?», a conclu M. Perez.

Restons en contact


1100, Boul. Crémazie Est
Suite 207
Montréal, QC H2P 2X2
514-903-1207
Cette adresse courriel est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Autorisé par Robert Richard, agent officiel.