Bilan de session de l'Opposition officielle - « Ensemble Montréal doit être la voix des Montréalais devant une administration de plus en plus dogmatique »

Le chef d'Ensemble Montréal, M. Lionel Perez, a profité de la fin de la session du conseil municipal pour souligner le travail exemplaire accompli par son équipe depuis janvier dernier. « Ensemble Montréal, on le voit de plus en plus, n'est pas seulement le parti de l'Opposition officielle.

C'est la voix des milliers de citoyens qui ne se reconnaissent pas dans les gestes posés par l'administration Plante et dans l'idéologie pseudo-progressiste véhiculée par Projet Montréal. Cette équipe gouverne pour moins de 30 % des Montréalais et oublie tous les autres », a affirmé M. Perez.

Au cours des derniers mois, les Montréalais ont été témoins de plusieurs décisions douteuses prises par l'administration Plante, motivées par une vision étroite et réductrice de la vie municipale, et la volonté d'imposer coûte que coûte cette vision aux citoyens :

Un fort courant anti-voitures 
La fermeture du chemin Camillien-Houde/Remembrance à la circulation de transit sur le mont Royal est la manifestation la plus visible du courant anti-voitures qui anime Projet Montréal. Pensons également à l'interdiction d'aménager de nouveaux stationnements dans les ruelles du Plateau Mont-Royal, au refus d'autoriser un projet de clinique pédiatrique dans le Plateau parce que celle-ci proposait un stationnement souterrain de 124 espaces, le retrait de tous les espaces de stationnement et d'une voie de circulation sur la rue Ste-Catherine Ouest, l'abolition de stationnements au marché Jean-Talon, etc.

La consultation à géométrie variable
Même s'il prône l'ouverture et la transparence, Projet Montréal n'est pas un as de la consultation. Il a fallu se battre pour obtenir une consultation sur le projet de fermeture de la voie Camillien-Houde, et encore, cette consultation se fera a posteriori, soit cinq mois après la mise en place du projet. Consulter la population après avoir pris une décision est d'ailleurs une marque de l'administration Plante : on l'a vu pour Camillien-Houde, pour le règlement animalier et, récemment, pour le parc Jeanne-Mance, où une consultation a été annoncée quelques jours après avoir entièrement démoli un terrain de balle-molle qui faisait la joie des amateurs de ce sport depuis 50 ans.

Une administration hantée par son passé d'opposition
Maintenant qu'elle est au pouvoir, la mairesse Plante doit composer avec les nombreuses incohérences qui résultent des prises de position de son parti quand il était dans l'opposition. Ainsi, après avoir vivement dénoncé les projets du REM, de Royalmount et de développement immobilier dans Pierrefonds-Ouest, Projet Montréal ne s'oppose plus à ces projets aujourd'hui. Quant au Programme complémentaire de planage-revêtement (PCPR), maintes fois critiqué dans le passé par Projet Montréal, il est aujourd'hui utilisé dans des dizaines de contrats passés par l'administration.

Annoncer... des annonces
Préoccupée par son image, l'administration Plante s'est fait une spécialité d'annoncer pour le simple plaisir d'annoncer. Ainsi, en avril, le dévoilement de sa fameuse stratégie de développement économique se résumait à l'annonce de huit futurs plans d'action. Ces plans d'action doivent mener eux-mêmes à d'autres annonces, et ainsi de suite. Le plus récent, le plan d'action commerce, ne renfermait aucune mesure concrète pour les commerçants au chapitre de la fiscalité non résidentielle.

Promesses non tenues
Enfin, la liste des promesses non tenues par l'administration Plante s'allonge. Il y a d'abord eu le désastre du budget 2018, qui a frappé les Montréalais avec une hausse de taxes de 3,3 % malgré la promesse de la mairesse de ne pas hausser les taxes au-delà du niveau de l'inflation. Quant à l'escouade mobilité promise pour améliorer la fluidité de la circulation, ou la brigade des chantiers qui devait veiller au bon déroulement des travaux de construction, elles se font toujours attendre. Par ailleurs, la promesse d'abolir la taxe de bienvenue a été remplacée par la mise en place d'un programme d'accès à la propriété que l'ancienne administration avait élaboré dès l'adoption de la Loi sur la métropole.

Ensemble Montréal : des propositions audacieuses et constructives

De son côté, Ensemble Montréal a démontré sa capacité d'agir comme un redoutable chien de garde auprès de l'administration Plante, tout en présentant des propositions audacieuses et constructives qui contribueront à faire avancer Montréal.

Au cours des six dernières réunions du conseil municipal, l'Opposition officielle a présenté pas moins de 21 motions, dont huit ont été adoptées :

  • La modification du Code d'éthique et de conduite des membres du Conseil de la ville et des Conseils d'arrondissement afin d'y ajouter un chapitre traitant des inconduites sexuelles;
  • Le lancement, d'ici la fin de 2018, d'un outil de pétition électronique en soutien au droit d'initiative en matière de consultation publique. Cet outil remplacera et facilitera le processus actuel, par lequel les citoyens doivent utiliser une version papier pour recueillir les 15 000 signatures nécessaires afin de forcer la Ville à tenir une consultation publique sur un enjeu qui leur tient à cœur;
  • L'ajout du nom de Martin Luther King Jr à la toponymie montréalaise;
  • Le soutien à l'économie circulaire par l'identification de technologies innovantes en valorisation des matières résiduelles;
  • L'interdiction des bouteilles d'eau de plastique à usage unique à travers tous les services et les unités d'affaires de la Ville et la mise en place d'une stratégie de réduction du plastique sur le territoire montréalais;
  • L'instauration d'une consultation prébudgétaire annuelle ouverte à tous les citoyens;
  • La simplification des processus bureaucratiques entourant les demandes de subventions faites à la Ville par des organismes à but non lucratif (OBNL);
  • La création d'un programme visant à déployer un réseau de corridors de biodiversité sur l'île de Montréal.

Également, un amendement présenté par Ensemble Montréal à une motion du conseiller Marvin Rotrand fera en sorte que les boissons sucrées disparaîtront graduellement des édifices municipaux dans l'ensemble des arrondissements de la Ville de Montréal.

Par contre, d'autres propositions d'Ensemble Montréal n'ont pu voir le jour, faute d'appui de l'administration Plante. Parmi celles-ci :

  • La création d'un Bureau indépendant du budget (BIB) à la Ville de Montréal;
  • La restitution aux contribuables montréalais, sous forme d'un crédit de taxe, des sommes récupérées dans le cadre de la Loi visant principalement la récupération de sommes obtenues à la suite de fraudes ou de manœuvres dolosives dans le cadre de contrats publics;
  • Un plan d'action devant mener à la création de 5 000 nouvelles chambres pour les étudiants d'ici 2025;
  • La création d'un Conseil des aînés afin de favoriser une juste représentativité des personnes aînées dans l'élaboration des différentes politiques municipales;
  • L'ouverture à la fois aux candidats externes et aux employés déjà en place des postes à combler à la Ville de Montréal, afin de favoriser l'embauche des membres des minorités visibles ou ethniques.

Ensemble Montréal s'est également illustré à l'extérieur du conseil municipal, en exigeant des consultations prolongées auprès des aînés, en appuyant les revendications des commerçants du marché Jean-Talon, opposés aux transformations imposées par l'administration Plante-Dorais, ou encore en participant à la commission parlementaire du gouvernement du Québec autour du projet de loi 128 sur l'encadrement des chiens.

« Durant ce temps, nous avons aussi travaillé avec nos élus afin de poser les bases de ce qui deviendra, à terme, un véritable parti politique municipal et non plus une simple bannière. Cette démarche nous permettra de proposer une alternative politique crédible et forte, à l'écoute des préoccupations de tous les citoyens montréalais », a conclu M. Perez.

SOURCE Ville de Montréal - Opposition officielle à l'Hôtel de Ville de Montréal

Renseignements : Romain Bédard, Directeur des communications, Cabinet de l'Opposition officielle, 514-296-5356

Restons en contact


1100, Boul. Crémazie Est
Suite 207
Montréal, QC H2P 2X2
514-903-1207
Cette adresse courriel est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Autorisé par Robert Richard, agent officiel.