Consultation publique sur les locaux vacants: Ensemble Montréal s’oppose à la création d’une nouvelle taxe par l’administration Plante

Montréal, le 7 mai 2020 – Au terme des travaux de la Commission sur les développement économique et urbain et l’habitation portant sur la problématique des locaux commerciaux vacants à Montréal, l’Opposition officielle tient à exprimer sa dissension sur une recommandation majeure du rapport final (3.3), soit l’imposition d’une taxe ou d’une redevance aux propriétaires de locaux vacants.

Même s’ils se disent en accord avec la majorité des recommandations, les trois conseillers d’Ensemble Montréal membres de la Commission (Dominic Perri, Véronique Tremblay et Yves Gignac) trouvent inacceptable d’augmenter encore plus le fardeau fiscal des propriétaires d’immeubles non résidentiels, qui comptent déjà parmi les plus taxés au pays.

Pour M. Dominic Perri, vice-président de la Commission et conseiller de la Ville du district de Saint-Léonard-Ouest, l’administration s’attaque à la mauvaise cible :

«L’imposition d’une telle taxe semble appuyer la croyance erronée voulant que tous les propriétaires de locaux vacants refusent de louer leur local pour des motifs de spéculation immobilière. Or, on parle d’une minorité de propriétaires délinquants. Une telle taxe aurait pour effet de pénaliser tous les propriétaires de locaux vacants, sans distinguer ceux qui ont des comportements indésirables et ceux qui sont victimes de circonstances économiques hors de leur contrôle», a déclaré M. Perri.

De plus, la Commission n’a pu faire la démonstration qu’une taxe à la vacance est souhaitable ou même efficace pour diminuer les taux d’inoccupation commerciale.

«Cette taxe pourrait même aggraver la situation dans les quartiers économiquement défavorisés, réduire les revenus des propriétaires, et limiter leur capacité à rénover. Elle pourrait aussi accroître la concentration immobilière en forçant des petits propriétaires à vendre leur immeuble à de plus gros investisseurs, capables d’absorber cette nouvelle taxe», a ajouté M. Perri.

Une consultation menée à l’aube de la COVID-19

Enfin, les commissaires d’Ensemble Montréal ont tenu à rappeler que la consultation publique sur les locaux vacants s’est tenue dans un contexte particulier lié à l’arrivée de la pandémie du coronavirus. Cette crise aura des conséquences désastreuses sur l’activité économique, sur la survie des commerces montréalais et, par conséquent, sur le nombre de locaux vacants.

«Quand elle a entamé ses travaux à la fin de l’année 2019, la Commission ne pouvait se douter qu’une pandémie mondiale allait mettre la ville entière sur "pause". En quelques semaines seulement, notre monde a changé. C’est pourquoi, malgré toute la bonne volonté des participants à cette consultation, nous doutons que les recommandations de la Commission puissent répondre à l’ampleur de la présente crise sans un programme de relance économique d’envergure qui vise spécifiquement à contrer les effets de la pandémie», a conclu M. Perri.

Pour lire le rapport minoritaire d’Ensemble Montréal, cliquez ici.

Restons en contact


1100, Boul. Crémazie Est
Suite 207
Montréal, QC H2P 2X2
514-903-1207
Cette adresse courriel est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Autorisé par Jonathan Cohen, agent et représentant officiel.