COVID-19: Ensemble Montréal veut aider les bars et restaurants de la métropole

Montréal, le 2 juin 2020 – Que serait Montréal sans ses restaurants et ses bars? Sans sa gastronomie renommée et son nightlife envoûtant? S’il est vrai que la présente pandémie affecte tous les secteurs de l’économie montréalaise, force est d’admettre que les bars et les restaurants sont parmi les types de commerces les plus touchés par la crise. En fait, beaucoup d’établissements sont menacés de fermeture si les activités ne reprennent pas prochainement.

C’est pourquoi Ensemble Montréal, qui forme l’Opposition officielle à l’hôtel de ville, propose de donner un sérieux coup de main aux bars et restaurants en demandant au gouvernement du Québec de permettre dans tous ces établissements la vente d’alcool pour emporter et la livraison d’alcool sans repas durant la crise de la COVID.

«En attendant que les bars et restaurants puissent rouvrir un jour, cette formule leur permettrait d’apporter un peu d’eau au moulin. C’est la principale demande de l’industrie et nous l’appuyons. Personne ne veut voir ces commerces disparaître; il faut donc trouver des solutions qui les aideront financièrement à passer à travers la crise. D’autres grandes villes dans le monde et au Canada le font, je ne vois pas pourquoi Montréal ne pourrait pas le faire aussi. On ne doit pas rester immobile pendant que toute une industrie se meurt», a déclaré M. Aref Salem, porte-parole de l’Opposition officielle en matière de développement économique.

La motion de l’Opposition officielle, qui a reçu l’appui de diverses associations du milieu, sera débattue lors du prochain conseil municipal du 15 juin.


Motion demandant à la Ville de Montréal de travailler à assouplir les règles entourant la vente d’alcool par les détenteurs de permis d’alcool

Attendu qu’en raison de la crise de la COVID-19, le gouvernement du Québec a ordonné la fermeture des bars et des restaurants à compter du 15 mars 2020, et ce, pour une durée indéterminée;

Attendu que l'industrie des bars a été la première à suspendre ses activités et sera parmi les derniers secteurs à pouvoir recevoir à nouveau des clients;

Attendu que selon une enquête réalisée par la Chaire de tourisme Transat, le ministère du Tourisme et l’Alliance de l’industrie du tourisme du Québec, 59% des restaurateurs, bars et café, considèrent que l’impact de la crise de la COVID-19 sur leurs affaires est «catastrophique»;

Attendu que selon la même enquête:

  • 46% des restaurants, bars et cafés accumulent des pertes financières s’élevant à 41%;
  • 43% des restaurants, bars et cafés ont contracté un prêt en raison de la crise sanitaire; 
  • 27% des restaurants, bars et cafés disent avoir besoin d’aide immédiatement et 47% d’entre eux peuvent tenir encore de deux semaines à un mois;

Attendu que selon une enquête de l’Association des restaurateurs du Québec (ARQ) réalisée entre le 6 et le 11 mai, 50 % des restaurants ont temporairement fermé leurs portes, 3% ont fermé définitivement et 43 % sont ouverts pour la livraison ou les mets pour emporter;

Attendu qu’en avril dernier, la Corporation des propriétaires de bars, brasseries et tavernes du Québec (CPBBTQ) estimait qu’entre 15 % et 25 % des établissements pourraient mettre la clé sous la porte si les activités ne reprennent pas prochainement;

Attendu que certains types de commerce titulaires de permis d’alcool ont des restrictions quant à la vente d’alcool et que les établissements qui possèdent un permis de bar ne peuvent pas vendre des boissons alcoolisées à emporter;

Attendu que les titulaires du permis de restaurants ne peuvent pas vendre ni livrer des boissons alcoolisées, et ce, sans la vente de nourriture;

Attendu que la Nouvelle association des bars du Québec (NABQ) a fait la demande au gouvernement provincial de permettre aux détenteurs d’un permis de bar et de restaurants la vente pour emporter et la livraison des boissons alcoolisées pour consommation à domicile;

Attendu que la Ville de Montréal a créé des espaces publics dans différents quartiers pouvant servir à étendre les lieux où la consommation d’alcool pourrait être permise; 

Attendu que des villes comme Toronto, New York et Berlin ont accordé aux bars le droit de vendre de l’alcool auprès de leur clientèle à des fins de consommation à domicile; 

Attendu que les villes de Trois-Rivières, Drummondville, Shawinigan, ainsi que les Chambres de commerce de Mékinac et de la MRC de Maskinongé ont demandé au gouvernement du Québec des modifications semblables;

Il est proposé par     Aref Salem, Conseiller de la Ville du district de Norman-McLaren;
Appuyé par               Benoit Langevin, Conseiller de la Ville du district de Bois-de-Liesse;

Que la Ville de Montréal demande au gouvernement du Québec de permettre, pendant la crise de la COVID, la vente pour emporter et la livraison d’alcool sans repas pour tout établissement possédant un permis d’alcool.

 

 

 

Restons en contact


 

1100, Boul. Crémazie Est
Suite 207
Montréal, QC H2P 2X2
514-903-1207
Cette adresse courriel est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

Autorisé par Jonathan Cohen, agent et représentant officiel.