Parc Jeanne-Mance - Ensemble Montréal dénonce les prétextes utilisés pour justifier la démolition d'un terrain de balle-molle

Montréal, le 11 juin 2018 - Le chef d'Ensemble Montréal, M. Lionel Perez, et le porte-parole de l'Opposition officielle en matière de sports et loisirs et relations avec la communauté anglophone, M. Dimitrios (Jim) Beis, ont vivement dénoncé la fermeture définitive et la démolition, sans préavis, du terrain de balle-molle située au parc Jeanne-Mance (section nord), dans l'arrondissement Le Plateau Mont-Royal.

Le terrain était fermé depuis un an pour permettre le réaménagement du secteur. En février dernier, les joueurs de l'Association de balle-molle du parc Jeanne-Mance avaient reçu l'assurance de la part du maire de l'arrondissement, Luc Ferrandez, que leur terrain leur serait rendu le 28 mai. Or M. Ferrandez a plutôt choisi de le démolir, sous prétexte qu'il n'était pas sécuritaire et que la Ville avait été condamnée à dédommager une victime atteinte par une balle provenant du terrain de jeu.

«C'est ridicule! On ne retire pas à des citoyens un terrain de jeu qui date de plus de 50 ans en le démolissant sans avoir tout fait au préalable pour le rendre plus sécuritaire. Ce qu'on constate encore une fois avec l'administration Plante-Ferrandez, c'est un clair manque de volonté pour trouver une solution quand cela ne concorde pas avec leur idéologie urbaine. En plus, il s'agit d'un manque de respect envers le quartier et les usagers, qui n'ont eu droit à aucune consultation ou échange. Le maire du Plateau a sa propre conception de la démocratie citoyenne : plus besoin de discussions, il envoie les bulldozers!», a déclaré M. Perez.

Pour appuyer sa décision, le maire Ferrandez a fait allusion à un rapport d'étude de trajectoires de balles au parc Jeanne-Mance, présenté en mai 2017 par la firme Groupe-conseil Structura international S.E.N.C. Une étude qui avait été commandée, à l'époque, dans le but de trouver des pistes d'amélioration en vue du réaménagement du parc.

Ce rapport, que l'Opposition officielle a pu obtenir grâce à la Loi d'accès à l'information, dit clairement que l'arrêt-balle, situé au-dessus du marbre, et les clôtures du terrain Nord ne sont pas suffisamment élevés pour retenir toutes les balles. Il ne recommande aucunement d'éliminer le terrain Nord.

«C'est normal: on parle d'un terrain conçu à l'origine pour les enfants et sur lequel jouent maintenant des adultes. On pourrait élever les clôtures et l'arrêt-balle à la même hauteur que sur le terrain Sud pour remédier à la situation. Ils n'ont même pas envisagé de rechercher une solution, car je crois que ces aménagements heurtent une certaine vision d'esthétisme propre au maire du Plateau», a ajouté M. Beis.

«Le plus triste dans cette histoire, c'est que l'administration de Projet Montréal n'a pas seulement démoli un terrain de jeu; elle s'est attaquée à une communauté diverse de joueurs de tous âges et de toutes origines qui, durant 50 ans, se rassemblait autour des matchs de balle-molle. C'est notre vision de ce qu'est Montréal : est-ce également celle de M. Ferrandez?», a conclu M. Perez.

Restons en contact


1100, Boul. Crémazie Est
Suite 207
Montréal, QC H2P 2X2
514-903-1207
Cette adresse courriel est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Autorisé par Robert Richard, agent officiel.