L'avenir du marché Jean-Talon - Un autre exemple où Projet Montréal donne l'illusion de consulter et impose sa vision ensuite

Le chef d'Ensemble Montréal, M. Lionel Perez, le copropriétaire du commerce Birri au marché Jean-Talon, M. Lino Birri, accompagnés de plusieurs commerçants, dénoncent à nouveau la façon dont Projet Montréal procède dans sa gestion du projet de réaménagement du marché Jean-Talon.

Ils déplorent l'intention de l'administration d'imposer une vision unilatérale, basée sur un processus déficient de consultation. Faute d'écoute, plus de 11 000 personnes ont exprimé jusqu'à maintenant leurs préoccupations par l'entremise d'une pétition.

Pour justifier la décision de poursuivre le projet coûte que coûte, l'arrondissement de Rosemont-La Petite-Patrie a fait valoir qu'une consultation publique a été menée par le Centre d'écologie urbaine de Montréal en 2016. Le hic, c'est que seulement cinq commerçants ont été consultés au cours de cette démarche et que celle-ci ne portait que sur l'aménagement de l'avenue Shamrock. Le projet d'aménagement final qui empiète sur le territoire du marché Jean-Talon, lui, n'a fait l'objet d'aucune consultation.

D'ailleurs, reconnaissant que les préoccupations des commerçants n'ont pu être exprimées adéquatement, la Corporation des marchés publics de Montréal, partenaire de l'arrondissement, a lancé un sondage pour connaître l'opinion de ses membres le 29 juin dernier, alors qu'une séance d'information pour marquer le début des travaux est prévue le 11 juillet.

« Il s'agit là de la marque de commerce de l'administration Plante : ils donnent l'illusion de consulter, mais au final ils imposent leurs projets. À quoi ça sert de consulter quand tout est décidé d'avance, que les contrats sont octroyés et que les travaux sont inscrits au calendrier? Ils ont beau consulter, ensuite ils ignorent simplement ceux qui s'opposent à leur vision », a déploré M. Perez.

Par ailleurs, le maire de l'arrondissement de Rosemont-La Petite-Patrie, M. François William Croteau, a reconnu dans une lettre ouverte parue le 5 juillet dernier, qu'aucun plan directeur n'encadre les travaux actuels. Il promet de procéder à une étude de marché, une étude des besoins d'aménagement pour les activités commerciales et une étude de stationnement. Les marchands déplorent l'absence de vision d'ensemble au préalable, qu'ils auraient voulu axée sur les besoins et attentes du milieu de façon à ne pas nuire à la vocation du marché.

« Les chambardements annoncés auront pour conséquence de limiter l'accès au marché tant pour les clients que pour nos opérations. Je ne suis pas le seul à le penser. Nous sommes plusieurs milliers à vouloir préserver la vocation actuelle du marché. L'arrondissement et ses partenaires savent que nous sommes inquiets depuis plusieurs mois et leur manque d'écoute a ébranlé notre confiance. Nous demandons que notre travail et notre expertise soient reconnus et nous voulons une réelle concertation au sujet de l'avenir du marché! », a déclaré M. Birri, qui vend ses produits au marché Jean-Talon depuis 57 ans.

Au cours des derniers mois, Ensemble Montréal a dénoncé le processus déficient de consultation concernant plusieurs projets dont la fermeture de la voie Camillien-Houde ou la démolition du terrain de balle-molle du parc Jeanne-Mance.

Renseignements : Brigitte Roussy, Attachée de presse, Cabinet de l'Opposition officielle, 514-248-0160

Restons en contact


1100, Boul. Crémazie Est
Suite 207
Montréal, QC H2P 2X2
514-903-1207
Cette adresse courriel est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Autorisé par Robert Richard, agent officiel.